Puissions-nous élever des enfants

qui aiment les choses

mal aimées - le pissenlit,

les vers et les araignées.

Des enfants qui sentent

que la rose a besoin de l'épine

et courent dans les jours de pluie

de la même façon

qu'ils se tournent vers le soleil …

 

Et quand ils sont grands

et que quelqu'un doit parler

pour ceux

qui n'ont pas de voix

puissent-ils puiser dans ce lien

sauvage, ces jours de

tendre la tendresse

et être ceux-là.

 

Nicoletta Sowder

https://wilderchild.com/